NUMÉRO CAHIER D'ARTS ET DE LITTÉRATURE CHIENDENTS ALAIN MARC

 

 

 

SOMMAIRE :

 

- « Lettre pour une présentation », Alain Marc
4
- Conversation avec Murielle Compère-Demarcy
7
- Lettre à mon ami sculpteur amoureux de poésie Bertrand Créac’h, Alain Marc
18
- Lettre de Bernard Noël
20
- « Le Timide et la prostituée », Murielle Compère-Demarcy (suivi d'une note de l'auteur)
21
- Entretien avec Murielle Compère-Demarcy sur « Écrire le cri »
24
- « Si / personn/ elle / Elle / … », Murielle Compère-Demarcy
33
- La poésie contemporaine est très souvent intellectuelle, Alain Marc
34
- Bibliographie « raisonnée » suivi d’Épitaphe
36
- « L’écriture et la lecture en public sont donc deux activités... »
39

 

 

« Je remercie vivement Murielle Compère-Demarcy qui s’est plongée pour ce projet dans mes écrits »

 

 

- Photographie de couverture de Jean-Marc André -

 

.

« Il n'y a pas d'écriture heureuse, Alain Marc »

« Ce numéro de la précieuse revue Chiendents est consacré à Alain Marc […] un ouvrage fondamental en deux parties, Chroniques pour une poésie publique, et Mais où est la poésie ? […]

Alain Marc est pluriellement remarquable. Il possède un talent, une vertu, et un boisseau de capacités : D’abord il est poète, naturellement, spontanément, foncièrement.

Ensuite il est militant, défenseur acharné d’une poésie qui serait, qui redeviendrait ce qu’elle n’aurait jamais dû cesser d’être : publique.

Enfin il est, simultanément ou successivement, critique, analyste, lecteur attentif, sourcilleux, exigeant, à l’affût de tout ce qui se fait, se dit, s’expose, se publie dans le domaine de la poésie, domaine qu’il appréhende et parcourt en long et en large en faisant montre d’une culture littéraire, théâtrale, événementielle […]

 

Une grande partie du numéro 109 est faite d’une correspondance et de deux entretiens entre notre poète et Murielle Compère-Demarcy […]

Dans la Lettre pour une présentation qui sert de pré-texte à la revue, Alain Marc définit pour sa correspondante son parcours et précise le diptyque qui peut être considéré comme son manifeste.

Deux bornes jalonnent ce parcours, à savoir ce que j’ai appelé « l’écriture du cri » et « la poésie publique », que deux essais balisent : « Ecrire le cri » et « Chroniques pour une poésie publique suivies de Mais où est la poésie ? »

L’auteur y définit ce qui, pour lui, distingue « poésie » et « poème », y évoque sa « pratique du carnet et/ou de l’essai », y rappelle ses activités de critique littéraire, et y révèle qu’il a « plus de 4000 pages réparties en une cinquantaine d’ouvrages toujours inédits, sur lesquels [il] travaille chaque jour ».

Peut-on en espérer de futures publications ?

Suit une longue et foisonnante conversation avec Murielle Compère-Demarcy, au cours de laquelle Alain Marc est invité à préciser sa classification, originale, des poésies en « regards hallucinés », « poésies non hallucinées », poésies « évidences », et ce qu’il appelle « polaroïds pornographiques ».

Le poète répond également, de façon toujours passionnée et passionnante, aux questions de son interlocutrice (tout autant passionnée que lui) quant à son grand combat pour une poésie publique, puis à propos de ce que serait une « poésie expérimentale ». L’entretien abonde en références (Leiris, Proust, Camus, Artaud, Garnier, Sade, Bataille, Maïakovski, et bien d’autres). L’ensemble des questions et réponses rassemble ce qui semblait épars. Il s’en dégage une mise en relation, et une structuration, des multiples activités d’Alain Marc.

« On comprend alors mieux pourquoi je dis qu’aussi bien mes poésies, que mes poèmes, que mes polaroïds pornographiques, que mes essais-par-fragments forment un tout indissociable et cohérent ».

Cette conversation trouve sa suite dans une autre rencontre, transcrite dans la deuxième partie de l’ouvrage, entre Murielle et Alain, portant sur Ecrire le cri. On appréciera ailleurs la Lettre à mon ami sculpteur amoureux de poésie, Bertrand Créac’h, dont on pourra retenir en particulier cette intéressante conclusion, qui incite à réfléchir sur les fonctions respectives, dans l’interprétation ou dans la perception poétique, du poète émetteur et du lecteur-auditeur-récepteur :

« Ma poésie n’est pas poétique : elle le devient (par la surprise qu’elle provoque, et par le flot, dans le cas de poèmes longs) ».

Le dernier texte de la revue, écrit par Alain Marc, a pour titre : La poésie contemporaine est très souvent intellectuelle. Le lecteur qui a parcouru l’ouvrage Chroniques pour une poésie publique suivies de Mais où est la poésie ? y reconnaîtra sous une forme condensée la thématique longuement développée au fil de ces autres pages du poète essayiste.

En insert, au milieu du fascicule, une lettre (un « papier [retrouvé] vieux de plus de 40 ans ») adressée à notre auteur par Bernard Noël, précède une lecture, par Murielle Compère-Demarcy, d’une nouvelle d’Alain Marc intitulée Le Timide et la prostituée:

Ce sont des « visions » (le mot apparaît plusieurs fois), des apparitions réelles ou fantasmées de la solitude que nous lisons ici. D’un homme qui rêve de devenir libre, comme l’écrivain est libre dans sa créativité…

Cette nouvelle, nous apprend l’auteur, est « quasi inédite. Elle a été publiée en ligne sur un très bon site qui proposait des nouvelles à acheter à moins de deux euros mais son plus grand tort a été d’arriver trop tôt, si bien qu’elle a été très peu lue ».
  Après avoir lu ce qu’en écrit Murielle, on ne peut, l’eau à la bouche, qu’en appeler aux éditeurs pour une mise en page qui la rende « publique ».

En attendant, ce numéro de Chiendents offre au lecteur curieux de tout ce qui touche au langage en général et à l’expression poétique en particulier de (re)découvrir un poète qui pense la poésie, et qui ne cesse de faire entendre son CRI pour que vive cet art du verbe né avec l’homme et inhérent à la notion même d’humanité. »

Patryck Froissart, extraits de « Il n'y a pas d'écriture heureuse, Alain Marc »,
site Internet la Cause littéraire, 17 févr. 2017

 

relais de l'article par Patryck Froissart sur le profil de l'auteur du réseau "social" Facebook
(avec les appréciations et commentaires notamment de P. F. - il faut être connecté et "ami" avec l'auteur),
22 fév. 2017

relais de l'article par Cyril Anton sur son profil du réseau "social" Facebook
(avec les appréciations), même jour

relais de l'article et commentaire par Murielle Compère-Demarcy sur son profil du réseau "social" Facebook
(avec une autre appréciation - il faut être connecté et "ami" avec M. C.-D. ou l'auteur), 23 fév. 2017

relais de l'article sur le compte de microbloguage Twitter de l'auteur
(avec un lien vers d'autres publications de la revue Chiendents), 24 fév. 2017

- voir le deuxième relais de l'article par Patryck Froissart
sur le groupe du réseau "social" Facebook The Manu's chronicle
(avec trois appréciations - il faut être membre du groupe), 27 fév. 2017

 

.

« CHIENDENTS no109, consacré à Alain MARC. »

« Alain Marc est né en 1959 et sans doute était-il temps de consacrer une livraison de revue à cette œuvre atypique. Alain Marc commence par décrire ce qu'il écrit : il a forgé deux expressions, "l'écriture du cri" et "la poésie publique", qui ont fait florès depuis ; mais c'est pour mieux affirmer que tout ce qu'il a écrit et publié relève de ces deux principes. C'est ainsi qu'il donne de nombreuses lectures publiques : ce n° de Chiendents se termine d'ailleurs par une liste de lectures performées, pour reprendre ses mots. Mais l'essentiel n'est pas là : s'il agrémente ce n° de quelques lettres, le plus important réside dans les deux entretiens qu'il a accordés à Murielle Compère-Demarcy. Si le premier tourne autour de son œuvre ("Une poésie publique, cette deuxième expression que j'ai forgée avec celle d'«écriture du cri» et qui a conduit toute mon écriture depuis le début, l'une corrigeant l'autre en quelque sorte, signifie pour moi que tout doit être mis en œuvre dès l'écriture pour diriger la poésie vers le public, en faire un acte public."), le second approfondit la notion d'écriture du cri ; on peut relever cette affirmation que l'Histoire confirme : "Il est connu que les pays et périodes totalitaires ou de guerre ont toujours produit une littérature forte en contre, conjointement avec une amplification de son écoute. Ce qui explique aussi le peu de cette littérature dans notre période actuelle où les «ennemis», responsables des déboires de nos sociétés, sont difficilement identifiés." […]

 

[…] ce numéro de Chiendents est nécessaire. Ne serait-ce que parce qu'Alain Marc note : "D'où l'on peut aisément convenir que la poésie n'est pas que linguistique mais qu'elle est également anthropologique, philosophique, théologique, sociale et politique…" Oui, la poésie, si elle veut enfin retrouver ses lecteurs, doit cesser d'être intellectuelle et poétique. Mais lisez donc Alain Marc ! »

Lucien Wasselin,
extraits de « CHIENDENTS no109, consacré à Alain MARC. »,
Recours au poème
, no 177, début mi-sept. 2017

 

relais de l'article sur le profil de l'auteur du réseau "social" Facebook
(avec les appréciations et un commentaire), 6 sept. 2017

relais de l'article sur le compte de microbloguage Twitter de l'auteur
(avec deux appréciations et un lien vers d'autres publications de la revue Chiendents), 7 sept. 2017

 

 

Il n'y a pas d'écriture heureuse a reçu depuis sa publication les appréciations entre autres de Pascal Boulanger, Jacques Sicard, Pierre Perrin, Christophe Esnault, Laurent Bouckenooghe, Cyril Anton, Guillaume Basquin et Jérôme Martin et après sa lecture celles de Monique Enckell, Bernard Noël et Laurence Granger -

 

 


INFORMATIONS :

- première information de la parution du « cahier d'arts et de littératures » Chiendents numéro 109 « Alain Marc, Il n'y a pas d'écriture heureuse » paru aux éditions du Petit Véhicule,
réseau "social" Facebook (avec vingt appréciations, un commentaire et trois partages dont un sur la page « la Vie des livres en Picardie et ailleurs »
et un sur le groupe « Écrire le cri » avec six appréciations et repartagé à nouveau - il faut être connecté), sam. 24 sept. 2016

- relais sur le compte de microbloguage Twitter de l'auteur, dim. 25 sept. 2016

- photo de la couverture sur la page du réseau "social" Facebook de l'auteur (avec quatre appréciations), mar. 27 sept. 2016

- photo des deux numéros de revue consacrés à l'auteur sur le réseau "social" Facebook de l'auteur (avec trois appréciations), lun. 3 oct. 2016

- article de Philippe Lacoche dans le journal Courrier picard du 16 oct. 2016


cahier présent sur les différents stands des éditions du Petit Véhicule

participation à des salons et manifestations par l'auteur : voir la lecture et le salon de ville 2017

 

ISBN 9782371455320 - dossier 40 pages, format 148,5 x 210

ISSN 2258-739X - 5 €

« Cahier d'arts et de littératures » Chiendents

éditions du Petit Véhicule

 

 

commander le cahier auprès d'Artis Facta 5 € + 2 € de frais de port (avec une dédicace de l'auteur)
ou en ligne sur le site des éditions du Petit Véhicule

 

 

Il a été tiré d'Alain MARC, Il n'y a pas d'écriture heureuse dix exemplaires numérotés de 1 à 10
chacun accompagné de deux pages doubles avec des peintures de Jean-Marc André


Les dix exemplaires sont signés par l'auteur et l'artiste

 

voir les exemplaires de tête