Couverture :
Portrait de Rabah Belamri,
huile sur papier marouflé, 29 x 39 cm, 1996

Quatrième de couverture :
Portrait d’Alain Marc,
lithographie, 38 x 49 cm, 2014

 

 

poèmes, reproductions de peintures & lithographies de Bernard Gabriel Lafabrie

 

 

Le portrait, est-il celui que je vois, ou celui que j'imagine ?

 

 

POÈMES
En regard, sur Bernard Gabriel Lafabrie
   Première approche

9

   En regard I

13

   En regard II

17

   En regard IIII

24

   En regard IV

27

   En regard V

29

   En regard VI
31
   En regard VII

33

   L'Évidence du visage
35

 

 

PORTRAITS
Portrait de Michèle Lemasson,
huile sur toile, 100 x 180 cm, 1982 p. 8

Portrait de Michel Pianello,
huile sur toile, 90 x 130 cm, 1987 p. 10
Portrait de Roland Weber,
huile sur toile, 66 x 100 cm, 1988 p. 12
Portrait de Bénigne de Guitaut,
huile sur toile, 50 x 150 cm, 1990 p. 14
Portrait de Cozette de Charmoy,
huile sur toile, 40 x 50 cm, 1996 p. 16
Autoportrait en quatre parties,
quatre huiles sur toile, 90 x 130 cm, 1978 p. 18, 19, 22, 23
Portrait de Christian Paraschiv,
huile sur toile, 100 x 82 cm, 2000 p. 26
La Femme à l’écharpe verte,
huile sur toile, 46 x 65 cm, 2009 p. 28
Portrait de Vera Molnar,
huile sur papier marouflé, 29,5 x 35 cm, 2009 p. 30
La Jeune antillaise,
lithographie, no5/28, 36 x 37 cm, 2010 p. 32
La Marchande de pommes,
lithographie, no5/24, 28 x 38 cm, 2010 p. 34
Portrait de Philippe Blanc,
huile sur papier marouflé, 29 x 39 cm, 2014 p. 36
Portrait de Victoria Vernet,
huile sur toile, 73 x 100 cm, 2014 p. 38
Portrait d’Yvonne Belamri,
huile sur papier marouflé, 29 x 39 cm, 2016 p. 40
Autoportrait,
lithographie, no5/12, 28 x 38 cm, 1974 p. 42

 

 

Photos des œuvres de Bernard Gabriel Lafabrie : Photomatière 21

 

.

« D'épures en simplifications, Bernard Gabriel Lafabrie vu par Alain Marc, poète »

« Il est très agréable de ne rien connaître – ou presque – à l’objet de notre étude, mais de savoir immédiatement, dès l’ouverture de l’enveloppe, qu’un dialogue pourra s’opérer, parce qu’il sera question de nécessité poétique, d’art, de la vie des formes.

[…]

Son dernier livre [à Alain Marc], publié chez Dumerchez, En regard sur Bernard Gabriel Lafabrie continue son grand œuvre d’accompagnement des artistes plasticiens (Lino de Giuli […]), peintres […], sculpteurs (Bertrand Créac’h), poètes penseurs […] qui lui importent.

En regard sur Bernard Gabriel Lafabrie est un ensemble de poèmes/portraits inspirés à Alain Marc par le travail de peintre et lithographe de son ami, aussi éditeur de livres d’artistes (l’imprimerie d’Alsace-Lozère à Paris).

De l’œuvre graphique au poème, il y a tout un antisystème de correspondances, une transmission de flux, un souffle mutuel.

Les vers déplient moins qu’ils n’interrogent la reproduction qui est à leurs côtés.

Sentinelles pour sentinelle.

Quelques formes géométriques pour tracer le portrait de tel ou tel, inconnu (la Jeune antillaise, la Marchande de pommes) ou pas (Vera Molnar).

Quelques mots, très peu, qui parfois se disloquent.

[…] de version / en version // du figur / atif à l’abs / trait // l’abstraction / du visage // répétition de l’im / pression // première // en finir / avec le por / trait ? // jusqu’à l’obsession // dizaine de travaux / préparatoire”

Il faut pour goûter ces syncopes la fraîcheur d’une nuit étoilée, ou une chambre aux fenêtres ouvertes sur la ville.

Bénigne de Guitaut est peut-être une béguine, une mystique allemande du XIIe siècle, allez savoir qui est là dans cette portion de vitrail en marche.

Il y a de l’enfance et de la malice dans le travail de Bernard Gabriel Lafabrie, ainsi cette Femme à l’écharpe verte qui est un double animalcule extraterrestre, ou quelque protozoaire inconnu.

Commentaire d’Alain Marc : “le portrait / du portrait / est-il toujours un / portrait ?”

Oublier les visages, les identités particulières, les histoires de chacun, puis, dans un moment de fulgurance ayant nécessité bien des tâtonnements et étapes intermédiaires, arrêter une forme qui sera une évidence.

“travail / du multiple // multipli/cation // de la présence // dans une / présence absence //      répétition de”

Et tomber en émoi devant la “spiritualité” (quelle silhouette) de Victoria Vernet ou Yvonne Belamri. »

Fabien Ribery, article « D’épures en simplifications, Bernard Gabriel Lafabrie vu par Alain Marc, poète »,
blog littéraire et artistique l'Intervalle, le Blog de Fabien Ribery, 26 août 2018

relais de l'article sur le réseau "social" Facebook de Fabien Ribery
(avec deux appréciations - il faut être "ami" de FR)
et le partage sur le profil de l'auteur
(avec les appréciations et nouveaux partages)

relais de l'article sur le compte de microbloguage Twitter de Fabien Ribery (avec le partage sur le compte de l'auteur)

 

.

« Alain Marc, En regard sur Bernard Gabriel Lafabrie, par Carole Darricarrère »

« Comment « en finir / avec le por / trait » et, dans un même élan, la poésie, si ce n’est par « jeux de pli / ages » ?

Par éreintement, par retenues, […] par régression à la lettre, micro-coupures de son, […] par déboîtements […], par frustration de mots, […] en visage des haïkus (litho)graphiques de Bernard Gabriel Lafabrie le corps de momie d’une bandelette de mots par soustraction d’éclairs et totems d’aportraits, fil arachnéen du vide tendu sur l’immaculée conception de la poésie en apologie au blanc+blanc=E=mc2, au trou de langue, à l’arte povera de l’inspiration besogne de la langue, par renoncements, par pansements fil à fil,  par apnées de retours à la ligne, en regard des abstractions qui engendrent, dépassent, mettent en joue […] s’envoient en l’air, se fendent la poire sur un fichu de femme, escaladent un jaune une île, citrons verts de son écharpe, broient du noir, s’angularisent, portraits pyramidaux de l’un dans la coupe de l’œil, dissections ailleurs de bruns mystères, rapts de profils, dérélictions de nez, abréviations de bouches, réductions de tête, où le peintre est un arracheur de dents, coupez, couper en deux, en quatre, en mille un cheveu sur la langue […] : la peinture en ses abstractions est seule, souverainement seul son timbre d’altérité qui d’altitude ne croise jamais que les sommets, pèlerins silencieux aux pieds desquels à carreaux se tiennent, pieds aux poings liés, […] bouche bée, les poètes.

[…]

De brisées en brisées, de colonne en colonne, de compression de néant en resserrement de vide, de constriction […] en lambeaux de lettres s’amenuise un visage, un visage derrière le portrait, point nul du je, […] substantifique moelle […], “mais où est/la face ?” demande le regardeur au lecteur qui en miroir guette le poème : “que reste-t-il de l’image / ” (et du poème) “lorsque l’on plisse les yeux ?”.

C’est […] en homme de bouche […] qu’Alain Marc ligote […] en regard des peintres, […] économe minutieux de la miette, graveur de l’ombre portée des peintres, […] arpenteur de l’interligne, écorcheur de sons, orpaillant les oeuvres, […] brodeur de futaies équarrissant ici l’en-creux de l’entre-deux du moins à la lettre, […] délitement vertueux au profit de l’idée que l’on s’en fait (le visage la poésie), langue […] de la vue, cône de pure méditation […].

Visage, quand tu nous tiens tant que tu nous aortes, moine sublime d’un unique trait de pinceau, oscillant sillon […] musique de guingois redressée de l’ange déchu de ses non-dits, […] ainsi lesté de ses beaux habits de vers (la poésie le visage).

C‘est sans ses atours et comme à rebours […] qu’il eût fallu qu’il se laisse encore embrasser […]

Alain Marc, marc de l’oralité à l’épreuve du marbre de la lecture, en regard d’une galerie synthétique de portraits virils ramassés par défaut dans l’élan minimaliste d’un rouleau silencieux de martre, Alain Marc versus Bernard Gabriel Lafabrie, côte à côte le bel écrin […], livre blanc de la langue, double détente à effet retard d’un détournement : le visage et son concept, la solitude et le génie. »

Carole Darricarrère, article « Alain Marc, En regard sur Bernard Gabriel Lafabrie »,
site d'informations et de critiques littéraires Libr-Critique, 17 septembre 2018

premier (avec deux appréciations et le commentaire de Carole Darricarrère)
et deuxième relais de l'article sur le réseau "social" Facebook de Fabrice Thumerel (avec les mêmes appréciations)

relais de l'article sur le réseau "social" Facebook de l'auteur (avec les appréciations et partages par Artis Facta)

relais de l'article sur le compte de microbloguage Twitter de Fabrice Thumerel (avec le partage sur le compte de l'auteur)

 

 


Ils l’ont reçu et l'annoncent : Poezibao

 

 


ACCUEILS PRESSE ET AUTRES :

dévoilement de la couverture en toute exclusivité d'En regard, sur Bernard Gabriel Lafabrie, profil de l'auteur du réseau "social" Facebook (avec les appréciations et commentaires),
mar. 29 mai 2018

publication de la phrase d'ouverture d'En regard, sur Bernard Gabriel Lafabrie, profil de l'auteur du réseau "social" Facebook (avec les appréciations et commentaires),
mer. 30 mai 2018

information de la parution d'En regard, sur Bernard Gabriel Lafabrie sur la page de l'auteur du réseau "social" Facebook (avec deux appréciations), sam. 2 juin 2018

information de la parution d'En regard, sur Bernard Gabriel Lafabrie sur le compte de microbloguage Twitter de l'auteur, dim. 17 juin 2018

rappel de la parution d'En regard, sur Bernard Gabriel Lafabrie, profil de l'auteur du réseau "social" Facebook (avec des appréciations - dont celle de Bernard Dumerchez),
mar. 19 juin 2018

annonce de parution d'En regard, sur Bernard Gabriel Lafabrie sur le blog littéraire et artistique Verbavolent, ven. 22 juin 2018


participation à des manifestations : voir le Marché de la poésie et le festival Voix Vives de Méditerrannée en Méditerrannée 2018

 

 


PREMIÈRE LECTURE EFFECTUÉE :

voir En regard Revues et...


 

 

ISBN 978-2-84791-209-8
livre de 52 pages avec 18 reproductions intérieur couleur sur Olin regular naturel FSC 150 gr. et 2 en couverture, format 165 x 235 - 19 €

éditions Dumerchez

 

 

particuliers :

 

commander le livre en ligne auprès d'Artis Facta (cliquer sur le lien) - 19 € + 3 € 12 de port (avec une dédicace de l'auteur)

 

lors des expositions de l'artiste

 

ou par courrier à
A.D.N., 1 rue Stephenson, 60100 Creil

 

 

Il a été tiré d'En regard, sur Bernard Gabriel Lafabrie vingt quatre exemplaires numérotés de 1 à 24 et six exemplaires d'artistes numérotés I à VI
chacun accompagné d'un portrait de l'auteur gravé et imprimé par l'artiste sur Velin B.F.K. Rives 250 gr.


Tous les exemplaires sont signés au colophon, par l'auteur et l'artiste

 

voir un exemplaire de tête

 

 

(dans la même collection : En regard, sur Bertrand Créac'h
En regard, sur Lino de Giuli)

 

 

cet ouvrage a reçu le soutien
du collectif Artis Facta
et de Preuves d'Artistes (Jean-Luc Herman, Pillard-Valère, etc.)